Le Lumen

Depuis quelques années, les ampoules basse consommation fonctionnant avec la technologie LED ont révolutionné le monde de l’éclairage. Si auparavant, le Watt était l’unité de référence pour choisir une ampoule à incandescence, qui est désormais interdite à la consommation, aujourd’hui, la donne a complètement changé pour laisser la place au lumen. Classée « nouvelle génération », cette variété d’ampoules présente ainsi une efficacité énergétique largement supérieure à celle des versions à incandescence. Voici donc les points importants à connaître pour se familiariser davantage avec le concept du lumen dans le domaine de l’éclairage LED.

ampoule de grande intensité lumineuse

Le lumen, c'est quoi exactement ?

D’origine latine signifiant lumière, le lumen est l’unité dérivée du Système international du flux lumineux. De symbole lm, il sert donc à mesurer ce flux, qui désigne notamment la quantité de lumière effectivement émise par l’ampoule dans toutes les directions. D’après la définition scientifique, le lumen fait référence au flux émis par une source ponctuelle uniforme située au sommet de l’angle solide et dont l’intensité vaut 1 candela : 1 lm = 1 ch x 1 sr dans un angle solide de 1 stéradian. Bien évidemment, à l’instar du Watt, le lumen est considéré comme un critère jouant un rôle essentiel dans le choix d’une ampoule.

Équivalence watt/lumen pour les différents types d’éclairage

Aujourd’hui, pour choisir une ampoule, se référer au Watt n’est désormais plus suffisant. Pour ceux qui ont encore du mal à s’en défaire, sachez qu’il est tout à fait possible de convertir les données exprimées en W en lm. Le rendement lumineux s’exprime quant à lui en nombre de lumens par Watt.

Pour une ampoule à incandescence, une consommation d’1 Watt donne un flux lumineux de 10 lumens. Dans le cas de l’éclairage halogène, cela monte doucement à 15 lumens, tandis que l’ampoule fluocompacte procure environ 62 lumens pour 1 Watt. Enfin, l’éclairage LED offre le meilleur rendement lumineux avec 100 lumens par Watt. Donc, si vous prévoyez de remplacer une ancienne ampoule à incandescence de 60 Watts, qui propose une intensité lumineuse de 600 lumens, vous privilégierez une lampe LED de 6 Watts. L’ampoule LED est donc la plus efficace au niveau énergétique, avec une même quantité de lumens pour une consommation largement réduite.

Pour connaître toutes les variations entre les grands types d’éclairage, n’hésitez pas à consulter notre guide des différences entre l’ampoule halogène et LED.

Choisir son luminaire LED en fonction du nombre de lumens : comment faire ?

Bien qu’elles aient réussi à innover le monde de l’éclairage, les ampoules fonctionnant avec la technologie LED ne sont pas toujours commercialisées avec la même qualité, d’où la nécessité de prendre en compte un certain nombre de critères au moment de l’achat. Sachez donc que dans un premier temps, il est important de bien définir les besoins en éclairage. Comme vous l’aurez bien évidemment compris, il est inutile de prendre la même puissance que votre ancienne ampoule en termes de valeur. En effet, les ampoules basse consommation d’une puissance nettement plus faible sont tout à fait en mesure d’offrir le même rendu lumineux.

Avec la disparition des ampoules à incandescence sur le commerce, il n’est désormais plus utile de se référer uniquement aux Watts. Le lumen est l’autre unité de référence importante. L’astuce pour s’y retrouver est très simple. Il suffit de multiplier le nombre de Watts de votre ancienne ampoule par 10 ou par 12 pour obtenir le nombre de lumens dont vous avez besoin. Si vous êtes à la recherche d’une lumière plutôt douce, privilégiez diffusant une intensité de 500 à 600 lumens. En revanche, si vous avez besoin d’une lumière plus puissante, optez pour un modèle de 1000 à 1500 lumens, et orientez-vous vers un flux lumineux de 1 600 lm ou plus pour un éclairage très puissant comme un plafonnier ou une lumière haute et centrale. D’autres critères viennent compléter cette référence au lumen, pour ne citer qu’eux : la classe énergétique, la résistance au froid, le temps de mise en marche ainsi que la durée de vie de l’ampoule.

Combien de lumens pour quelle pièce / par  ?

Comme mentionné plus haut, avant de choisir une ampoule LED qui remplacera une ampoule à incandescence classique, il est important de connaître vos besoins en éclairage. Contrairement à ce que l’on pense, la valeur indiquée en lm à choisir varie en fonction du type de pièce, des activités que vous prévoyez d’y réaliser et du type de luminosité désirée (indirecte, ciblée, générale, etc.). À titre indicatif, vous avez besoin de plus de lumière dans une cuisine que dans une salle à manger ou une chambre à coucher. Le nombre de lumens affiché par votre luminaire LED doit donc être plus élevé pour un éclairage de cuisine, avec un rendement lumineux plus important.

Pour déterminer l’éclairage nécessaire sur une surface définie, il vous faut diviser le flux lumineux, c’est-à-dire le nombre de lm total fourni par un ou plusieurs luminaires, par le nombre de mètres carrés de la pièce que vous souhaitez éclairer.

Dans tous les cas, la réponse à la question sur le nombre de lm nécessaires pour une pièce n’est pas exacte, et dépend de plusieurs autres facteurs tels que la hauteur du plafond, la combinaison des couleurs dans la pièce, la forme de l’espace, les lampes à installer ainsi que les activités qui y seront pratiquées. À titre de référence, on estime qu’une cuisine de 15 m² nécessite un total de 3000 lumens, répartis entre un ou plusieurs modes d’éclairage.

Les différences entre le lumen et le lux

Le choix de l’IRC dépend des applications et de la zone concernée. À cet égard, l’éclairage des espaces extérieurs publics ou privés n’exige pas un haut niveau de rendu colorimétrique. Pour les jardins et les terrasses, il est donc possible de choisir un indice compris entre 70 et 80. Des lampes à faible rendu peuvent également suffire à l’éclairage des garages, des sous-sols et des couloirs. En revanche, l’intérieur des habitations, des bureaux et locaux professionnels nécessitent un indice de rendu des couleurs relativement élevé.

Concernant l’éclairage des espaces intérieurs, il est conseillé d’opter pour un indice situé entre 80 et 90. Ce choix est notamment indiqué pour les pièces de vie (salles à manger, séjour, chambres…). En effet, un IRC élevé contribue autant à la qualité de la lumière qu’à la sensation de bien-être. En outre, il favorise la productivité en milieu professionnel. Une restitution fidèle des couleurs facilite l’exécution des tâches et améliore les conditions de travail de manière notable.